https://www.voyanceprestige.com
 
Espace client

La divination et son histoire

De tout temps et de tout lieux dans notre monde, l’univers des arts divins fascine, car la divination c’est l’art de percevoir les desseins des puissances surnaturelles, de comprendre leur volonté, afin d’obtenir des renseignements précieux sur ce qui compose le destin de l'humanité.
Apportant une visibilité sur le passé, le présent ou l’avenir, cet échange constant entre les hommes et ces puissances divines se déroulent solidement rattaché aux usages des hommes. C'est une passerelle indispensable de communication entre le monde réel des hommes et le monde surnaturel.
Les arts divinatoires remontent sans aucuns doutes à la préhistoire, en tout cas de manière sûr à l'Ère Mésopotamienne, nous avons retrouvés énormément de preuves picturales dans différents endroit dans le monde,grottes, sépultures...
Les premiers et les plus anciennes écritures nous viennent de la civilisation des Grecs anciens. Leurs croyances se basent sur la possibilité de prédire l'avenir, provient de l'idée que les dieux, de préférence quand on les priait, accordaient automatiquement des révélations par l'intermédiaire d'augures, grands voyants philosophiques. Parmi ces grands philosophe influents, voici les plus connus Cassandre, Tirésias, Clachas.
En parallèle ce développe La Pythie de Delphes, ancêtre des voyantes actuelles qui créa une confrérie encore très active et respecteé de nos jours. Elle joua un rôle considérable et incontournable dans la vie politique et religieuse. Dans la même lignée nous trouvons les Pythagores, ils ce concentraient sur les nombres afin de connaître les secrets du monde.
Il ont laissés à notre disposition un traité d’Onirologie, sur la clef des songes signé par Artémidore d'Éphès, celui-ci demeure un grand classique de notre savoir sur l'art divinatoire de cette époque.
Les croyances des Grecs antiques furent surtout diffusées par les peuplades romaines et subsistèrent jusqu'à la fin du paganisme.
De façon régulière chez les romains, les divinations passent systématiquement par les cinqs éléments de notre mère nature: la Terre, l’Eau, l’Air et le Feu .
Le devin le plus connu de cette période du Ier siècle avant J-C, est Varron. Avec le christianisme et l'omniprésence du monothéisme, la répression commença.
Le point de non retour fut atteint en 341 par l'empereur romain Constantin II, qui condamna à la peine mort, tous les devins et leurs sympathisant, pour asseoir la domination chrétienne. C'est de là que la pratique des arts divinatoire ce marginalisa et sa pratique devint secrète.
La théorie démonologie est la plus répandue à ce moment-là dans la civilisation chrétienne, et surtout chez les théologiens chrétiens. Toute partie de la divination d'après eux est une résultante démoniaque, un pacte avec le Diable de l'invocations d'esprits mauvais.
Même tard on retrouve cette explication. Pour Jean Bodin, à la fin du XVI siècle, la rhabdomancie et les incantations, tout cela ne vaut rien, et ces choses ne se peuvent faire sans l'assistance de Satan, démonologie pure et envoutement.
Par la suite, de différents conciles se réunirent pour étudier et classifier les art divinatoire. Le plus ancien date de 506 après J-C, c'est le concile d'Agde, qui a classifié pour la 1ère fois ces arts dans une catégorie, divinationis scientia, c'est à dire la science divinatoire comme : les augures, les sorts, les songes... Et l'on assimile divination et magie dont je vais vous énumérer les plus réputées de l'époque : pythonisses, astrologues, jeteurs de sorts, augures, par l'étude de la nature environnante, haruspices, par les entrailles des victimes.
Cette définition officielle resta inchangée ou si peu, jusqu'en 633 après J-C. Ce fut le concile de Tolède dirigé par Isidore de Séville, et dans ce concile on voi apparaitre une certaine distinction entre les magiciens et les devins, augures,voyance, aruspices, arioli...
A partir du VIII éme siècle, on voit apparaître le phénomène de la divination par calcul des données pronostiques. D'après le jour des calendaires de janvier ou d'après le jour où tombe Noël, date approximative de la 1ère naissance de Jésus Christ.
Il existe aussi d’autres calculs, d'après les jours des mois lunaires, indiquant quelles dispositions prendre au jour le jour ,astrologie, arithmétisationmancie. Ou quel est le caractère de la personne et liée par sa destinée, d’après son sexe, leur physique et la position social, par rapport au jour de leurs naissance ,astrologie, physiognomonique.
A partir du XII éme siècle, venue de chez les Arabes, nous découvrons les Arts géomancie qui consiste à interpréter les figures géométriques formées de quatre échelons de points pairs ou impairs et placés dans des cases. Cet art divinatoire se développa par la Geomantia à la fin du XIII éme siècle connue par nos contemporains, par les écriture de Pietro d'Abano, et cette art ce développa jusqu'à la Géomancie astronomique qui les inclus, dans les calculs divinatoire astronomie.
Les chrétiens quand à eux, décrètent les sorts des saints «les sorts sanctorum», ouvrage comportant une liste de 56 réponses fondamentales religieuses dont chacune est précédée de chiffres. Aux alentours des années 1100 et 1200, on retrouve des textes très très enrichissants et primordiaux pour l'histoire des arts divinatoires, comme didascalicon, de Hugues de Saint-Victor qui distingue en cinq catégories primordiales de magie classée en deux groupes distincts. Tout d'abord la divinations comprenant ,la mantique, les mathématiques qui contienne l'haruspicine, les augures, les horoscopes, puis la mantique regroupant :la nécromancie, la géomancie, l'hydromancie, l'aéromancie, la pyromancie.
Puis Nostradamus qui représentant une figure magistrale dans les arts divinatoires, publie en 1555 ses fameuses :Vraies centuries et prophéties.
Vu l'ascension et le succès, suscités par ces contemporains en 1586, par le conciliabule «Coeli et Terrae» le pape Sixte, condamne les différentes pratiques, citées précédemment, et les décréta comme pratiques satanises et antichrétienne.
On voit les premières apparitions de la cartomancie dès le XV éme siècle en Espagne, chez les peuplades arabes et nomades. Pourtant en Italie au XVI éme siècle, on remarque une grandes utilisation de ces arts divinatoires sous différente formes...
L'apogée de ces disciplines de la tarologie ont commencé seulement à la fin du XVIII éme siècle.